fbpx

Le recours à la technologie peut-il aider les agriculteurs africains à faire face au changement climatique

Le recours à la technologie peut-il aider les agriculteurs africains à faire face au changement climatique

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Print

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud, Le 06 Avril 2022 -/African Media Agency(AMA)/-De nombreuses études de cas en Afrique démontrent l’impact positif que l’accès à la technologie mobile, même la plus élémentaire, peut avoir sur les petits exploitants agricoles. Ces études mettent en évidence l’importance de promouvoir l’accès universel à la technologie numérique, en particulier la technologie mobile, pour aider les agriculteurs du continent à atténuer l’impact du changement climatique.

Cette affirmation est défendue par Vodacom, Vodafone, Safaricom et le Fonds d’équipement des Nations unies dans le rapport qu’ils ont coécrit, intitulé, Towards a Connected Climate. Ce document est le troisième d’une série de six, publiés dans le cadre de la campagne Africa Connected, créée pour aider à combler les fossés numériques qui entravent le progrès durable dans les principaux secteurs économiques de l’Afrique, comme l’agriculture.Recourir à la technologie pour permettre aux petits exploitants agricoles de devenir plus résilients est une question d’urgence, car ils représentent une grande partie du secteur agricole. On estime que le continent compte 250 millions de petits exploitants agricoles. Cependant, comme le note McKinsey, bien que l’Afrique subsaharienne abrite un quart des terres arables du monde, elle ne produit que 10 % de la production agricole mondiale. »Il est impératif d’accroître durablement la productivité agricole, et la technologie a un grand rôle à jouer en tant qu’outil de développement. Les preuves anecdotiques de cette évolution sont perceptibles sur les marchés où Vodacom est présent sur le continent, où la pénétration des smartphones est encore faible, mais où les petits exploitants agricoles ne sont pas dépassés », déclare Takalani Netshitenzhe, directeur des affaires extérieures de Vodacom Afrique du Sud.

L’impact du changement climatique 

Le changement climatique représente une menace majeure pour le développement agricole dans toute l’Afrique. Ce changement se présente sous la forme de conditions météorologiques extrêmes telles que l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des sécheresses, des chaleurs extrêmes, des régimes de précipitations irréguliers, des tempêtes plus violentes et des inondations. Les agriculteurs des marchés en développement sont généralement plus vulnérables à ces changements climatiques que les agriculteurs des pays développés. Les conditions météorologiques extrêmes et imprévisibles entraînent une plus grande volatilité des récoltes, entravent les rendements du bétail et augmentent la probabilité d’apparition de parasites et de maladies, ce qui a un impact considérable sur l’économie. C’est dans cette perspective que, Vodacom est déterminé à réduire ses émissions de carbone de 50 % d’ici 2025 afin de contribuer aux objectifs en matière de changement climatique que les gouvernements des marchés sur lesquels nous opérons ont fixés dans le cadre de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

« Il est indéniable que l’introduction de la technologie mobile doit être complétée par l’accès à des appareils à bas prix, à une couverture réseau et à des données abordables, en particulier pour les personnes vivant dans des zones mal desservies et sous-développées. Le gouvernement, le secteur privé et la société civile doivent de ce fait, continuer à collaborer afin de promouvoir la connexion des zones rurales mal desservies, tout en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte », ajoute Netshitenzhe.La voie du succès se dessine

Pour répondre à cet appel à l’action, Vodacom a fait de grands progrès, en augmentant la couverture réseau dans les zones rurales de ses marchés et en mettant des combinés peu onéreux à la disposition de millions d’Africains à ce jour. « Sur tout le continent, où Vodacom est présent, des exemples montrent comment une simple technologie mobile peut ouvrir des perspectives, même pour les agriculteurs utilisant des téléphones d’entrée de gamme, où qu’ils se trouvent », explique Netshitenzhe.

L’inclusion pour tous nécessite également des produits et des services sur mesure pour chaque segment de marché et, là où la pénétration des smartphones est encore faible, la création et la mise à disposition de solutions innovantes qui ne sont pas basées sur des données afin d’orienter le programme de développement. Par exemple, les plateformes basées sur l’URL et l’USSD qui permettent d’accéder aux services financiers et aux opportunités agricoles sont capables de connecter facilement les petits exploitants à la chaîne de valeur agricole.

En Tanzanie, la plateforme mobile M-Kulima connecte les petits exploitants agricoles à une mine d’informations et de ressources par le biais de services de messages courts (SMS), de données de services supplémentaires non structurées (USSD) et de réponses vocales interactives (IVR). M-Kulima fournit des prévisions météorologiques opportunes qui aident les agriculteurs à planifier en fonction du changement climatique et offre des informations importantes sur le marché pour aider les agriculteurs à obtenir le meilleur prix pour leurs produits. Il est également intégré à la plate-forme de services financiers M-Pesa, afin de favoriser l’inclusion financière en fournissant un service de transfert d’argent par téléphone mobile et en permettant les paiements et le microfinancement.

Pendant ce temps, au Kenya, la plateforme DigiFarm de bout en bout – disponible via USSD ou via une application – fournit tout, des conseils agricoles de base à une assistance plus avancée et mécanisée, de la même manière que M-Kulima. 

En Afrique du Sud, Vodacom s’est associé à ONU Femmes et à South African Women in Farming (SAWIF) pour mettre en place et diriger un programme pour les agricultrices visant à rendre l’agriculture plus accessible et plus rentable pour les femmes en leur apprenant à utiliser des applications pour se connecter à des clients potentiels et débloquer une énorme croissance économique. Le projet a jusqu’à présent formé plus de 2000 femmes et la base de données des agriculteurs du SAWIF est désormais numérisée et est facilement accessible par toutes les femmes qui ont reçu une formation en informatique et en gestion commerciale de base. Les bénéficiaires de ce programme ont témoigné de la façon dont le recours à la technologie a modifié leur approche de l’adoption des technologies et de l’agriculture. Ces exemples montrent comment la technologie mobile ouvre des perspectives économiques aux agriculteurs, mais aussi comment elle renforce leur confiance dans l’utilisation de la technologie et comment elle aide leurs enfants à faire leurs devoirs.

La pandémie de Covid-19 a démontré que la transformation numérique est essentielle au programme de développement. Les entreprises de technologies de l’information et de la communication doivent donc accélérer le rythme pour supprimer les obstacles à l’accès à la communication en se concentrant sur le déploiement du haut débit mobile et fixe, sur des appareils abordables, sur la culture numérique et sur des données raisonnables

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Vodacom Group

Towards a Connected Climate initie une conversation très attendue sur les défis du secteur. « En pointant du doigt les difficultés des agriculteurs et en proposant la voie à suivre grâce à la technologie, nous pouvons apporter des changements significatifs et durables qui favoriseront une agriculture intelligente face au climat sur le continent », conclut Netshitenzhe.


Pour en savoir plus sur la campagne ici.

You might also enjoy

Souscrire a la newsletter

Recevez des mises à jour et apprenez des meilleurs