fbpx

Wildaf-Togo renforce les capacités des élues locales sur le droit foncier de la femme

Wildaf-Togo renforce les capacités des élues locales sur le droit foncier de la femme

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Print

Le réseau Women In Law and Development in Africa (WILDAF-Togo) en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer a renforcé les capacités d’une vingtaine d’élues locales venues de tout le Togo sur les droits fonciers de la femme et l’accès des femmes à la terre au cours d’un atelier les 29 et 30 novembre à Atakpamé. Placée sous le thème « mobilisation des élues locales pour le renforcement des droits fonciers de la femme au Togo », cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la formation des élues locales sur la problématique de l’accès de la femme à la terre.

Il s’agira aussi d’outiller les élues locales sur leurs rôles et responsabilités pour apporter des réponses légales à la situation des femmes face au foncier. Ainsi, les participantes devront définir une feuille de route pour la promotion et la protection des droits fonciers des femmes au Togo.

Pendant ces deux jours, les participantes vont échanger autour de plusieurs communications notamment « le Genre et le Foncier » ; « Le Code foncier et domanial » et « Rôles et Responsabilités des élues locales dans l’accès des femmes à la terre », « Le cadre juridique en faveur des droits de la femme » et « Comment faire la saisine », etc.

Selon Le préfet de l’Ogou M. Akakpo Edoh a à l’ouverture des travaux indiqué que malgré l’adoption du nouveau code foncier et domanial en 2018 par le Togo, l’accès des femmes au foncier a été de tout temps un problème crucial et le demeure encore aujourd’hui. Il a invité tous les acteurs à apporter leur contribution pour le renforcement des droits fonciers des femmes.

Pour Mme Anne Kpedji, Directrice exécutive de Wildaf-Togo,  cette situation est due au recours au droit coutumier et la méconnaissance ainsi que la non effectivité des différents textes relatifs aux droits humains prônant l’égalité entre l’homme et la femme.

« Les femmes rurales togolaises représentent 56, 4 % des actifs agricoles du pays et jouent un rôle important dans la production alimentaire, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le développement agricole, économique, social et environnemental du Togo. Pourtant elles sont marginalisées sans réel droit de propriété sur la terre empêchant tout investissement durable de cette dernière sur la terre », a expliqué M. Gblodzro Maurice, coordonnateur de Konrad Adenauer Stiftung au Togo.

Selon lui, les dispositions légales sont belles et bien là mais les pratiques sur le terrain n’ont pas beaucoup évolué. Les droits fonciers de la femme posent toujours problèmes dans certaines communautés. Il a émis le vœu qu’avec l’appui de ces élues locales, les femmes puissent trouver des réponses à leurs problèmes.

Rappelons que cet atelier a bénéficié de l’appui de la Fondation Konrad Adenauer.

Marie-Hélène

Source: Ecovisionafrik

You might also enjoy

Souscrire a la newsletter

Recevez des mises à jour et apprenez des meilleurs