Éthiopie : Alors que Mekele change de mains, il est impératif de protéger la population civile

Éthiopie : Alors que Mekele change de mains, il est impératif de protéger la population civile

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on print
Print

LONDRES, Royaume-Uni, le 01 Juillet 2021,-/African Media Agency (AMA)/-Les forces régionales ayant pris le contrôle le 28 juin de Mekele, la capitale régionale du Tigré, qui était aux mains des forces gouvernementales éthiopiennes, Sarah Jackson, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands lacs, a déclaré :

« Amnesty International demeure vivement préoccupée par la sécurité des civils dans le Tigré, qui subissent depuis des mois les combats et de graves atteintes aux droits humains, dont des crimes de guerre, imputables à tous les camps. Alors que les forces gouvernementales éthiopiennes se retirent et que les forces régionales du Tigré rétablissent leur contrôle, la protection des civils doit être la priorité absolue.Nous demandons à toutes les parties de prévenir d’autres massacres et crimes de guerre, notamment en veillant à ce que leurs troupes ou les milices qui leur sont alliées ne se livrent pas à des représailles. Sarah Jackson, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands lacs

« Nous demandons à toutes les parties de prévenir d’autres massacres et crimes de guerre, notamment en veillant à ce que leurs troupes ou les milices qui leur sont alliées ne se livrent pas à des représailles. Toutes les parties doivent permettre la libre distribution de l’aide humanitaire à tous les civils et œuvrer à rétablir le plein accès aux communications, car pour l’instant il n’y a plus d’accès à Internet, ni à la presse écrite et audiovisuelle. »

Les Forces de défense du Tigré (TDF), les forces armées du Front populaire de libération du Tigré (FPLT), ont regagné le contrôle de Mekele, capitale régionale du Tigré, le 28 juin, après des mois de combats avec les forces armées éthiopiennes – les Forces de défense nationale éthiopiennes (FDNE), leurs milices alliées et des troupes de l’Érythrée.

Dans le Tigré, il est à craindre que tous les camps se livrent à des attaques de représailles contre les civils : les soldats des Forces de défense nationale éthiopiennes (FDNE) qui battent en retraite, les forces armées et milices qui leur sont alliées dans la région voisine de l’Amhara, les forces érythréennes et les Forces de défense du Tigré (TDF).

L’accès à l’information est actuellement entravé par une coupure totale des communications : pas de service Internet, pas de journaux, pas de radio ni de télévision dans la région.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Amnesty International.

You might also enjoy

Subscribe To Our Newsletter

Get updates and learn from the best

Become our partner

want more info, fill in this form.

Exit mobile version