Covid-19 : une crise dans la crise pour les communautés qui souffrent le plus de la faim (FAO)

Covid-19 : une crise dans la crise pour les communautés qui souffrent le plus de la faim (FAO)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on print
Print

La pandémie de Covid-19 pose des défis colossaux à travers le globe, mais pour les pays dont les systèmes médicaux manquent de ressources, la crise sanitaire pourrait engendrer une crise alimentaire et la perte de moyens d’existence à moins d’agir maintenant.

NEW YORK, USA, le 14 Avril 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Selon le Directeur de la Division des urgences et de la réhabilitation de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ( FAO), pour les communautés les plus vulnérables, il s’agit d’une crise dans la crise.

Dans cet entretien accordé à la FAO, Dominique Burgeon explique les défis spécifiques posés par le COVID-19 sur les communautés vulnérables qui font déjà face à des niveaux élevés de faim en raison de crises préexistantes – et comment la FAO s’organise pour les aider.

ENTRETIEN

Quelles sont les communautés dont la sécurité alimentaire et les moyens d’existence sont les plus menacés par la pandémie ?

Bien avant le début de la pandémie du COVID-19, 113 millions de personnes à travers le monde étaient déjà confrontées à une situation d’insécurité alimentaire grave aigüe en raison de crises ou de chocs préexistants. Cela signifie que ces personnes se trouvaient déjà tout au bout de l’échelle de la faim – affaiblies et beaucoup moins équipées pour se défendre face au virus.

La vaste majorité de ces personnes vivent en milieu rural et dépendent de la production agricole, d’emplois saisonniers dans l’agriculture, de la pêche ou encore de l’élevage. S’ils tombent malades ou se voient limités dans leurs mouvements ou activités, ils ne pourront pas se rendre sur leurs terres pour travailler, s’occuper de leurs animaux, aller pêcher ou accéder aux marchés pour vendre leurs produits, acheter de la nourriture, se procurer des semences ou encore de l’équipement.

Ces personnes possèdent très peu pour pouvoir amortir de tels chocs. Ils pourraient se voir forcer d’abandonner leurs moyens d’existence. Je veux dire par là qu’ils pourraient devoir vendre leurs animaux ou leurs bateaux de pêche pour récupérer un peu d’argent. Ou encore se retrouver à manger toutes leurs semences au lieu d’en conserver certaines pour pouvoir les replanter plus tard. Une fois qu’une famille agricole a passé ce cap, il est ensuite très difficile de redevenir autonome. Certaines pourraient ne pas avoir d’autres choix que de quitter leurs fermes pour chercher de l’aide.

Est-ce qu’une situation de la sorte est déjà survenue auparavant ?

Il existe certaines similitudes avec l’épidémie Ebola survenue en Afrique de l’Ouest en 2014. L’épidémie a perturbé les chaînes d’approvisionnement des marchés. De nombreux agriculteurs ne pouvaient pas cultiver ou vendre leurs cultures. Cela, ajouté à des pénuries de main d’œuvre agricole, a eu un impact sur la production alimentaire.

Au Libéria, 47 pour cent des agriculteurs n’étaient pas en mesure de cultiver. Les restrictions mises en place et les fermetures de marchés ont perturbé les échanges de nourriture et de nécessités. Les pénuries alimentaires ont engendré une hausse des prix des principales denrées alimentaires. L’impact négatif sur la nutrition des populations était surtout dû à une réduction de l’accès à la nourriture en raison d’une diminution des activités économiques qui, à leur tour, ont provoqué une réduction du pouvoir d’achat des familles.

Et les gens ont commencé à avoir faim donc les leçons de l’épidémie Ebola de 2014 sont claires : si les besoins sanitaires des populations sont urgents et d’une importance capitale, nous ne pouvons pas non plus négliger leurs moyens d’existence et leur sécurité alimentaire. A noter également que lorsque les moyens d’existence des populations sont perturbés, cela peut provoquer des tensions et des troubles sociaux.

Comment ça ?

Si les chaînes d’approvisionnement alimentaire sont perturbées et les moyens d’existence s’effondrent, les populations vulnérables seront tentées d’abandonner leurs moyens d’existence et de chercher de l’aide – comme chacun de nous le ferait – avec pour conséquence non intentionnelle de potentiellement propager le virus et d’alimenter les tensions sociales.

Pour les éleveurs, la perturbation des modèles traditionnels de transhumance peut engendrer des tensions, voire des conflits violents entre résidents et communautés pastorales et provoquer des déplacements locaux de populations et une hausse des niveaux de pauvreté et d’insécurité alimentaire.

Où vivent les personnes les plus menacées ?

Pour prendre un exemple, en Ethiopie, au Kenya et en Somalie, près de 12 millions de personnes se sont déjà retrouvées dans des circonstances difficiles suite à de graves sécheresses et à une série de mauvaises récoltes et ce, avant qu’une horde de criquets pèlerins ne s’abatte sur leurs cultures et pâturages en décembre dernier, début janvier.

En Afrique, nous sommes également préoccupés par la situation au Sahel, en République Centrafricaine, en République Démocratique du Congo et au Soudan du Sud pour nommer quelques crises alimentaires. Mais aucun continent n’est épargné. De l’Afghanistan à Haïti, en passant par la Syrie et la Birmanie, le COVID-19 risque d’exacerber les impacts des conflits et des catastrophes naturelles.

Nous serons présents partout où il y a en a besoin mais la stratégie de réponse de la FAO ciblera en priorité les pays faisant déjà face à des crises alimentaires, comme indiqué par le Rapport mondial sur les crises alimentaires. Notre travail s’adaptera à l’évolution de la pandémie qui pourrait engendrer une hausse des besoins dans les pays ne traversant pas de crise actuellement mais extrêmement vulnérables aux nouveaux chocs.

Est-ce que les répercussions du COVID-19 sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence se sont déjà sentir dans ces endroits ?

En ce qui concerne l’évaluation de l’ampleur des besoins sanitaires, c’est la mission de l’OMS et d’autres collègues qui sont d’ailleurs en train de travailler d’arrache-pied pour mieux comprendre le contexte.

Pour la FAO, notre priorité est de surveiller qu’alors que le nombre d’infections dans des pays vulnérables augmente – au sein de populations souffrant déjà de malnutrition, affaiblies et vulnérables aux maladies – une “crise dans la crise” n’émerge, dans laquelle la crise sanitaire se verrait amplifier par une crise alimentaire. Et cela, dans un cercle vicieux qui laissera derrière lui des personnes encore plus affaiblies et vulnérables aux virus.

Chaque jour, de nouveaux cas sont signalés dans tous les pays dont nous nous préoccupons. Mieux comprend l’impact de la maladie sur la sécurité alimentaire est prioritaire de manière à pouvoir déployer une réponse adéquate et à les adapter stratégiquement afin de satisfaire aux besoins.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la manière dont la FAO envisage de faire face à la crise ?

Nous travaillons à maintenir puis à développer nos programmes essentiels de soutien aux moyens d’existence dans des pays faisant face à de longues crises ou connaissant des niveaux élevés et préexistants d’insécurité alimentaire. 

Le 25 mars, le système onusien a lancé un appel humanitaire conjoint où la FAO a notamment demandé aux donateurs 110 millions de dollars en vue de protéger la sécurité alimentaire des populations rurales vulnérables.

Afin d’améliorer la collecte de données et les analyses destinées à améliorer la prise de décisions, nous travaillerons à stabiliser les revenus et l’accès à la nourriture tout en préservant les moyens d’existence.
Cela implique de fournir des semences, des outils, de la nourriture pour le bétail et d’autres intrants aux agriculteurs et aux éleveurs ainsi que des soins animaux de manière à ce qu’ils puissent continuer de produire de la nourriture pour leurs familles et leurs communautés tout en générant des revenus. 

Nous distribuerons également des semences, des kits de jardinage, des systèmes de stockage alimentaire et d’autres types de stocks afin d’améliorer la nutrition des ménages et de diversifier les revenus. Des activités similaires seront mises en place dans les camps pour réfugiés et déplacés.

Les programmes de protection sociale seront essentiels lorsqu’il s’agira de dialoguer avec les gouvernements, les organisations locales et d’autres structures et de voir les différents moyens de développer les systèmes existants, en particulier dans les zones rurales difficiles d’accès. L’une des façons de stabiliser le pouvoir d’achat des familles sera d’injecter du cash de manière à ce que ces dernières soient en mesure de répondre aux besoins essentiels de leurs ménages sans avoir à vendre leurs biens.

Nous travaillerons également à assurer la continuité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire – y compris entre les zones rurales, péri-urbaines et urbaines – en soutenant le fonctionnement des marchés alimentaires, des chaînes de valeur et des systèmes locaux. Nous nous assurerons également que les gens impliqués dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire ne soient pas menacés par le risque de transmission du COVID-19 en les sensibilisant aux meilleures pratiques de sécurité alimentaire et sanitaires. Dans cette optique, nous collaborerons avec les autorités nationales et l’Organisation mondiale de la santé, comme cela a été le cas lors de l’épidémie Ebola.

Comment la FAO va-t-elle mener à bien sa mission compte-tenu des restrictions liées aux voyages et autres ?

Ralentir ou diminuer l’aide humanitaire pourrait se révéler catastrophique en période de crises. Mais la communauté humanitaire fait au plus vite pour se réajuster. En étroite collaboration avec les partenaires onusiens au niveau national, des plans assurant la poursuite des activités et des programmes d’importance critique sont en cours d’élaboration. Les bureaux nationaux de la FAO ont consulté leurs partenaires locaux avec qui nous travaillons depuis des années et qui sont au plus près des communautés que nous servons pour mettre en place des accords contractuels et flexibles qui permettront d’intégrer l’aspect logistique de l’aide humanitaire et de minimiser l’exposition du personnel et des bénéficiaires. Nous travaillons également à l’acquisition d’intrants (tels que les semences et les outils) pour le prépositionnement de fournitures afin de couvrir les besoins sur le long terme et d’améliorer les capacités de stockage et les capacités logistiques.

De nombreux pays riches sont également aux prises avec le COVID-19. Est-ce que cela affectera le financement dans le domaine humanitaire ?

Il est parfaitement légitime de s’inquiéter mais certains signes nous indiquent que ce ne sera pas le cas. Les donateurs ont répondu à l’appel des Nations Unies.  Les pays ont promis de se soutenir les uns et les autres même si la situation dans leur pays est difficile. Nous pensons fermement que cela sera la règle, et non l’exception.

Le côté positif de cette pandémie est peut-être que tout le monde réalise que nous sommes tous sur le même bateau. Même si, évidemment, nous nous concentrons sur le bien-être de nos familles, de nos voisons et de nos pays, nous avons tous réalisé que le virus ne s’arrête pas aux frontières. Si nous arrivons à en venir à bout dans les pays développés mais qu’il continue de se propager dans des pays possédant moins de ressources dans lesquels les systèmes de santé peinent à y faire face et où les populations ont déjà été affaiblies par des souffrances liées à la faim et sont moins aptes à résister à la maladie, cette crise reviendra tous nous hanter.

Pourquoi les ressources devraient être investies dans les moyens d’existence agricoles et les systèmes alimentaires au lieu des hôpitaux ?

Si la dimension de la santé humaine est sans nul doute extrêmement importante, les inquiétudes que nous soulignons et notre objectif seront essentiels pour y arriver et pour éviter une nouvelle tragédie humaine. Gardez à l’esprit qu’il y a plus de 110 millions de personnes actuellement en situation d’insécurité alimentaire aigüe, cela signifie que ces personnes sont extrêmement vulnérables et qu’un choc supplémentaire peut les faire plonger dans la famine.

Et si nous laissons les moyens d’existence de ces populations être réduits à néant suite à la pandémie, une fois la crise sanitaire finie, nous aurons d’autres problèmes importants à gérer ensuite. C’est à la fois plus humain et plus judicieux de protéger et de maintenir les moyens d’existence maintenant plutôt que de les reconstruire après.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

You might also enjoy

Subscribe To Our Newsletter

Get updates and learn from the best

Become our partner

want more info, fill in this form.

Conférence de Presse en Ligne


Les frontières terrestres ne doivent pas constituer des obstacles à la dissémination de votre message. Grâce à notre service de conférence de presse en ligne, nous vous offrons l’opportunité de vous rapprocher des médias africains, chaque fois que vous en aurez besoin.

Nos services comprennent:

Digital Communications


Today, social networks constitute an organization’s first point of contact with a user and a potential customer. At first glance, you need to convince of the relevance and quality of your content to stimulate and motivate the user to go further. We create consistently inspiring online strategy to meet business objectives, engage stakeholders and enhance our client brand’s reputation internally and externally.

 

Communication​ digitale


Les réseaux sociaux représentent aujourd’hui le premier point de contact d’une organisation avec un utilisateur et un client potentiel. Au premier coup d’œil, vous devez le convaincre de la pertinence et de la qualité de votre contenu pour l’inciter à aller plus loin. Nous créons pour vous une stratégie de communication précise et adaptée sur les réseaux sociaux pour atteindre les objectifs commerciaux, impliquer les parties prenantes et améliorer la réputation de votre marque en interne et en externe.

Promotion​ d’événements


Le succès d’un événement réside en moitié dans sa promotion. Peu importe la beauté de l’événement, la qualité des orateurs et de l’ordre du jour, si personne ne rapporte ou ne parle de votre événement, vos efforts seront vains. Nous vous aidons à façonner votre récit et à créer un engouement autour de votre événement. De l’annonce de l’événement à la tenue de celui-ci, nous accompagnons votre effort de planification et le reflétons sur toutes les plateformes médiatiques.​

Formation​ Médiatique


Nous fournissons à vos porte-paroles les outils nécessaires pour présenter vos principaux messages et répondre avec confiance et cohérence aux questions. Notre formation est organisée soit à distance ou en présentiel, avec des études de cas réels et des répétitions. Nos clients repartent avec le sentiment d’être à l’aise devant les journalistes et d’agir en tant qu’ambassadeurs de la marque.

Veille​ Médiatique


Nous mesurons votre portée en relations publiques et rendons compte des informations de votre industrie et des activités de vos  concurrents en surveillant la majorité des canaux de diffusion dans toute l’Afrique. Une veille médiatique complète et opportune est essentielle pour s’assurer que vous ne manquez aucune référence à votre marque, que vous êtes constamment informé de ce qui se passe dans votre industrie et que vous êtes prêt à saisir les opportunités et à réduire les risques en temps opportun.

Relations​ Média


Peu importe le lieu où ils se trouvent, nous sommes une source d‘informations fiables pour les journalistes qui écrivent sur l’Afrique. Nous nous connaissons mutuellement et ils nous font confiance, car nous leur fournissons un contenu crédible qui les aide dans leurs tâches. Nous nous entretenons quotidiennement avec des journalistes aux quatre coins du continent, ce qui fait de nous l’un des organismes les plus efficaces pour mener des campagnes de relations avec les médias.

Stratégie et développement de contenu


Nous créons des stratégies de communication intelligentes, bien documentées et spécialisées destinées à vous aider à construire un récit fort qui engagera votre audience. Nous travaillons en synergie avec vous afin de rédiger des communiqués de presse et des articles d’opinions qui alimentent le récit de votre entreprise. Notre équipe a une expérience approfondie dans la création de récits et le développement de contenu multimédia.

DIFFUSION DE COMMUNIQUES​ DE PRESSE​


C’est le service phare d’AMA. Nous avons mis en place des canaux de diffusion des communiqués de presse auprès des journalistes des 54 États africains ainsi qu’auprès des journalistes américains et européens couvrant les sujets relatifs aux marchés émergents.​

​Nos services comprennent:​

Event Promotion


Half of the success of an event lays in its promotion. Doesn’t matter how beautiful the event is, how wonderful the speakers and the agenda are, if no one reports or talks about your event, your efforts are gone. We help you shape the narrative and create a drumbeat around your event. From the announce all the way to the outcome of the event, we accompany your planning effort and echo it through all media platforms

Media Training


We provide your spokespeople with the tools to present your key messages and answer questions with confidence and coherence. Our training is organised either remotely or face-to- face, with real case studies and rehearsals. Our clients leave feeling comfortable being in front of reporters and acting as brand ambassadors.

Media Monitoring


We measure and report on
your PR reach, industry news, and competitive activity by monitoring most channels in North, West, Central, East and Southern Africa. Comprehensive and timely media monitoring is critical to ensuring that you don’t miss any reporting of your brand,
you’re constantly informed on what’s going on around your business, and you’re ready to capitalise on opportunities and mitigate
risks in a timely fashion..

Media Relations


We have become an authoritative source of news for reporters writing about Africa, wherever they are. We know them, they know us, and they trust us for providing them with timely and accurate content that helps them do their job. We speak to reporters on a daily basis in all corners of the continent and this makes us one of the most effective agencies in running media relations campaigns.

Strategy & Content Development


We create smart and localised communications strategies to help build a strong narrative that will engage your audiences. We partner with you to create press releases and thought leadership pieces that sustain a drumbeat for your company’s narrative. Our team have deep experience in shaping narratives and developing media content.

PRESS RELEASE WIRE DISTRIBUTION

This is AMA’s flagship service. We have set up channels of distribution towards the journalists of the 54 African states, as well as to American journalists and European journalists covering emerging markets issues.
Our service includes:

Editorial advice

Localised editorial piece when needed

Distribution to the major print, broadcast and online publications along with industry-specific publications

Follow-up calls to secure interview request

Guaranteed distribution to Africa.com

Distribution to Bloomberg, LexisNexis and Thomson Reuters

Social Media Reach: Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram

Full online monitoring and print monitoring when available. Includesreadership stats and Advertising Value Equivalent

Translation in French, Arabic and Portuguese available